AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 c'est joli, par ici ✏ libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SAY HELLO TO « Hava Weaver »

avatar


→ MESSAGES : 48
→ INSCRIPTION : 26/06/2011
→ AGE DU PERSONNAGE : seize ans
→ PSEUDO : rainette
→ CÉLÉBRITÉ : saoirse ronan
→ CRÉDITS : © scars of love
→ CITATION : L’essentiel, c’est de retomber sur ses pattes, comme les chats.
→ HUMEUR : guillerette

Personnage
Ancienneté: nouvel arrivant
Niveau: débutant (Pikachu) débutant (Pikachu)
Carnet d'adresses
:

MessageSujet: c'est joli, par ici ✏ libre   Lun 27 Juin - 20:35


Voilà à peine deux ou trois heures qu'Adrastée avait cru mourir. Elle se revoyait encore et encore, traverser la rue sans regarder, entendre le cri de sa nouvelle colocataire Elise - qu'elle n'aurait jamais le temps de connaitre vraiment -, ceux des passants. Et enfin, le vent chaud sur ses cheveux, la voiture qui arrivait à une vitesse folle sur elle. Regardez bien avant de traverser, disaient les adultes aux petits enfants. Regardez bien avant de traverser, se répétait sans cesse la jeune femme. Elle avait cru sa dernière heure arrivée, à ce moment-là. Mais non : au lieu du choc métallique et douloureux pressenti, ce fut comme s'enfonçait dans un nuage doux et cotonneux. Quelque chose d'agréable. Ce n'était pas la mort brutale attendue. Mais la suite était encore mieux : elle avait finalement atterri sur une plage de sable fin, un océan bleu à perte de vue. Le paradis, c'était-elle dit alors. Mais il n'en était rien : un homme en costard - étonnant dans ce décor de plage - était venu lui serrer la main frénétiquement et lui annoncer qu'elle était la bienvenue aux Hémérides (ce qui semblait donc être le nom de l'endroit où elle se trouvait). Puis il était reparti, l'air guilleret.

L'endroit la décontenançait un peu. Un tas de questions s'amoncelaient dans sa tête : comment était-elle arrivée ici ? Pourquoi n'était-elle pas morte ? Et plein d'autres choses du même style. Au final, elle se retrouva un peu ennuyée de se trouver là. Qu'allait penser ses parents ? Et sa jeune soeur, alors ? Cela ne l'empêcha pas pourtant d'avoir la curiosité d'explorer ce monde inconnu. Tout ici lui semblait coloré, attrayant, dynamique. Elle se serait presque cru dans un jeu vidéo type Mario Galaxy sur la wii - un jeu auquel l'avait initié il y avait quelques mois de cela sa jeune soeur Agathe.

Son premier réflexe fut d'enlever ses bottines : il faisait chaud ici, et les talons n'étaient vraiment pas pratiques. Elle se retrouva donc pieds nus, abandonnant sur la plage ses chaussures. Elle avança, regardant de tout les côtés, observant chaque infime détail. Elle commençait à apprécier de se trouver ici : c'était beaucoup plus joli que tout ce qu'elle avait connu jusqu'alors ! Et Adrastée aimait les jolies choses à voir. Elle s'avança dans le sable, jusqu'à ce que ses pieds trempent dans l'eau : elle était à une température très agréable. Ni trop froide, ni trop chaude. Parfaite. Adrastée se laissa alors tomber sur les fesses, dans l'eau. Assise en tailleur, sa robe remontée jusqu'à mi-cuisse, elle observait l'océan qui venait lui lécher les pieds.

crédit gif : © emapellerhegille on tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAY HELLO TO « Avalon »

avatar


→ MESSAGES : 40
→ INSCRIPTION : 27/06/2011
→ AGE DU PERSONNAGE : dix-neuf ans
→ PSEUDO : shooting star
→ CÉLÉBRITÉ : Emma Roberts
→ CRÉDITS : dodixe
→ CITATION : La vérité c’est qu’on s’emmerde profondément parce qu’on a plus rien à désirer..
→ HUMEUR : SO GOOD

Personnage
Ancienneté: nouvel arrivant
Niveau: débutant (Pikachu) débutant (Pikachu)
Carnet d'adresses
:

MessageSujet: Re: c'est joli, par ici ✏ libre   Lun 27 Juin - 21:10





Quand j’étais petite et que j’avais peur d’une ombre qui se dessinait sur le mur de ma chambre, ma mère venait me voir en se glissant près de moi dans mon lit et tout en caressant mes cheveux pour procurer un semblant de familiarité dans mon corps.. elle murmurait quelque chose : une technique infaillible d’après elle, partir des certitudes les plus simples pour aller petit à petit vers les plus compliqués. Je m’assis donc sur l’herbe fraîche et humide du matin, ramenant mes genoux vers ma poitrine qui se soulevait rapidement dû à un certain stresse naissant à cause de mon lieu inconnue, je fermais les yeux et je commençais une liste assez vague.. « Je m’appelle Avalon Primrose Cartwright, j’ai dix-neuf ans, mon copain m’a quitté ce matin même et je suis aussi morte ce matin.. Enfin combien de jour c’est-il écoulé depuis que je suis tombée dans ce monde absolument inconnue.. Je sais aussi une chose, je ne serais jamais ce qu’il avait voulu me dire. » Voilà une chose de faite, qui ne me rassure en aucun cas.. Mais je devais bouger, dégourdir mes jambes et surtout retirer mon manteau et mon échapper qui m’étouffait. Ici la chaleur était présente et je pouvais dire adieux à mon hiver incontrôlable que j’avais vécu durant les mois précédent. Me relevant d’un pas décidé vers.. Vers ou au fait ? Je n’avais aucune idée, de l’endroit où je devais me rendre ( si j’avais un endroit où me rendre ). Alors pour une fois, j’allais faire ça à instinct sans me demander si c’est le chemin le plus court ou non.. De toute façon j’étais lâchée en pleine nature alors à quoi bon me prendre la tête sur quelque chose d’inexistant : un itinéraire.

Je marchais donc à la découverte de nouveau horizon et surtout de réponse qui m’aiderait à y voir plus clair. Alors que je luttais pour ne pas me prendre les pieds dans les herbes et les branchages, le vent qui jusque là ne faisait que caresser ma peau encore légèrement glacé par les flocons de neige qui tombaient sur Londres, devenait plus intense et violent.. Il s’amusait avec ma chevelure, mes mèches volaient dans tout les sens et me brouillaient la vue.. Et ce que j’évitais depuis maintenant quelques minutes, se réalisa.. Mon pied se prit sûrement dans une branche et je tombais tête la première dans.. Du sable ? N’étais pas il y a deux secondes dans une forêt ? Les grains de sables s’étalèrent sur mon visage et me piquèrent le nez, les retirant d’une main maladroite, je retirais rapidement ma paire de botte et remontais mon pantalon au niveau de mes genoux. Le mode pêcheuse du dimanche était activé !! Le sable glissait entre mes doigts de pied et instinctivement je me dirigeais vers l’eau.. Mais ce que je ne remarquais pas tout de suite, c’est que je n’étais en aucun seule à ce moment précis.. Mes pieds caressèrent l’eau tiède et le clapotis tout près de moi, me sortit enfin de mon monde solitaire. La jeune femme près de moi, ne devait pas être si vieille que ça, les traits de son visage était fin et doux, sa couleur de cheveux était d’un brun foncé incroyablement beau et comme si ma timidité c’était envolée.. Je marchais en sa discrétion sans savoir si elle voulait rester seule ou non. « C’est sympa ici, mais j’ai bien peur de ne pas connaître ce monde. » dis-je en remontant mes manches. « Peut-être que vous pourriez m’éclairer ? » encore quelques pas en sa direction avant de reprendre mes bonnes vieilles habitudes. « Ah moins que vous vouliez rester seule et je comprendrais parfaitement. » Je me surpris à sourire pour la première depuis que j’étais arrivée dans ce monde fantastique et complètement dingue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAY HELLO TO « Hava Weaver »

avatar


→ MESSAGES : 48
→ INSCRIPTION : 26/06/2011
→ AGE DU PERSONNAGE : seize ans
→ PSEUDO : rainette
→ CÉLÉBRITÉ : saoirse ronan
→ CRÉDITS : © scars of love
→ CITATION : L’essentiel, c’est de retomber sur ses pattes, comme les chats.
→ HUMEUR : guillerette

Personnage
Ancienneté: nouvel arrivant
Niveau: débutant (Pikachu) débutant (Pikachu)
Carnet d'adresses
:

MessageSujet: Re: c'est joli, par ici ✏ libre   Lun 27 Juin - 21:38

Adrastée était tellement obnubilée par le paysage qui s'offrait à ses yeux, qu'elle ne remarqua même pas que quelqu'un approchait. Elle enfonçait ses mains dans le sable mouillée et enterra ses pieds dedans. Ça la rafraîchissait, car la chaleur était forte, mais toujours agréable grâce au vent qui venait du côté de l'océan. « C’est sympa ici, mais j’ai bien peur de ne pas connaître ce monde », dit une voix derrière elle. Adrastée se retourna sans se lever, pour faire volte face à une jeune femme, qui semblait avoir à peu près le même âge qu'elle, peut-être un peu plus jeune. Elle était brune comme elle, et reprit même la parole en remontant ses manches : « Peut-être que vous pourriez m’éclairer ? ». Adrastée, d'ordinaire peu sociable, se sentait apte à cet instant de tenir une conversation. Après tout, elle était encore un peu chamboulée par ce qui venait d'arriver : les rues parisiennes, la voiture, le choc moelleux et enfin, son arrivée sur cette plage. Pourtant, elle ne dit mot, ce qui fit dire à l'autre fille : « A moins que vous ne vouliez rester seule et je comprendrais parfaitement ». Cette fois, Adrastée secoua la tête négativement, fit signe de la tête à la fille de s'asseoir auprès d'elle puis lui tendit sa main, pleine de sable mouillée avant de se présenter : « Adrastée, c'est mon nom ». Il y eut un instant de silence : Adrastée n'avait jamais été forte pour lancer des sujets de conversation. Mais là, il s'en présentait un tout fait : le lieu où elles se trouvaient. Apparemment, son interlocutrice semblait aussi perdue et déboussolée qu'elle. Seulement, elle pensa que peut-être que l'homme en costard ne lui avait pas souhaité la bienvenue comme il lui avait fait à elle. « Si tu penses être morte, alors on est dans le même cas. J'allais me faire écraser par une voiture, j'ai fermé les yeux et ... je me suis retrouvée sur cette plage. Un homme en costard est venu me souhaiter la bienvenue et a dit qu'on se trouvait aux Hémérides », dit-elle sur un ton de professeur. Ce n'était pas dans ses habitudes de parler d'elle à une inconnue, mais les circonstances exceptionnelles l'exigeaient.

Adrastée reporta son regard sur l'océan, rien qu'un instant. Elle se demanda alors si elle était réellement morte. Et si c'était le cas, elle aurait aimé savoir à qui elle manquait. Bizarrement, elle repensa à l'enterrement de sa grand-mère, lorsqu'elle avait douze ans. Ce fut un jour triste, où elle vit beaucoup de monde pleurer. Y auraient-ils autant de gens en larmes à son enterrement à elle ? Elle en doutait légèrement. Ses pensées revinrent alors à la jeune fille, et elle se sentit obligée d'ajouter : « On est peut-être au paradis. Alors nous sommes mortes. Mais dans ce cas, pourquoi ce type en costard m'a dit qu'on se trouvait aux Hémérides ? ». Ce n'était pas très rassurant, mais Adrastée n'était pas du genre réconfortante. De plus, elle posait des questions mais savait que la fille à côté d'elle n'aurait pas de réponses à lui apporter. Tout cela était à la fois excitant et terriblement frustrant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAY HELLO TO « Louise Amiel »

avatar


→ MESSAGES : 129
→ INSCRIPTION : 26/06/2011
→ AGE DU PERSONNAGE : vingt-trois y.o
→ PSEUDO : velvet.irony
→ CÉLÉBRITÉ : elsaBEAUTIFULhosk
→ CRÉDITS : avatar : starlight ; gif : shocking princess
→ HUMEUR : autodestructrice

Personnage
Ancienneté: nouvel arrivant
Niveau: débutant (Pikachu) débutant (Pikachu)
Carnet d'adresses
:

MessageSujet: Re: c'est joli, par ici ✏ libre   Mar 28 Juin - 15:35


Je n'aime pas ce pays, je ne peux pas dire le contraire, mais au moins, je n'ai pas besoin de me soucier de la surprotection dont je fais l'objet. Je suis libre d'occuper mon temps comme je le veux, plus besoin de faire ce boulot stupide qui consiste à décrocher le téléphone et à prendre des rendez-vous tandis que le patron vous regarde en secouant la tête avec un air affligé qui signifie 'quelle pauvre petite'. Je n'ai plus besoin d'échapper à la vigilance de mon entourage toujours prêt à freiner mes ardeurs. On ne sait jamais, je peux toujours me blesser. Je déteste ça et ça a le don de m'exaspérer. Au moins, personne n'est là pour me surveiller maintenant. Décidée à profiter un maximum de cette liberté, j'ai l'idée d'aller me promener -explorer serait plus juste- dans ce nouveau monde. Le paysage ne cesse de m'étonner et je finis par tomber sur une grande plage dont la beauté ne fait aucun doute. L'eau est là, à portée de main. Ce serait stupide de louper une telle occasion. Je ne sais pas s'il y a plus de monde d'habitude mais l'endroit est désert. J'aime la sensation de l'eau tout autour de moi dans une solitude parfaite que rien ne vient troubler. Je ferme les yeux et ne pense plus à rien quand deux vilaines voix viennent troubler ma solitude. Plus énervée que jamais de voir ainsi mon calme mit à mal, je sors de l'eau et je m'approche des deux idiotes, assez près pour entendre la brune au visage enfantin déclarer On est peut-être au paradis. Alors nous sommes mortes. Mais dans ce cas, pourquoi ce type en costard m'a dit qu'on se trouvait aux Hémérides ? Je ne peux pas m'empêcher d'éclater de rire devant la stupidité de leur raisonnement alors que j'arrive devant elle. Au paradis ? Et puis quoi encore ! Vous pensez vraiment qu'il ressemblerait à ça s'il existait ? Plutôt ridicule quand on sait que cet endroit est sorti de l'imagination d'un adolescent qui avait manifestement abusé des jeux vidéos ! Je m'interromps un instant, déchiffre sans peine l'étonnement sur leur visage, sans savoir si cela est dû à mon apparition ou à mes révélations. Elles m'agacent et je n'ai aucune envie d'écouter toutes leurs questions alors je me résous à continuer mon explication. Vous n'êtes pas mortes, pas vraiment. En fait, au lieu de mourir, vous êtes arrivées ici, dans ce monde. Nous sommes aux Hémérides, c'est pour ça qu'on vous l'a dit. Et si ça ressemble à un jeu vidéo, c'est parce que le premier à être venu ici était un accroc aux jeux vidéos qui a façonné les Hémérides à son image. Plutôt flippant, hein ! Toujours est-il que maintenant, c'est là que vous vivez. Et ne me demandez pas ce qu'on fiche ici, je n'en ai pas la moindre idée. Je secoue la tête d'un air mécontent avant de reprendre Maintenant si vous le voulez bien, je vais retrouver la parfaite solitude que j'avais avant que vous ne veniez la perturber ! Sur ces dernières paroles peu sympathiques, je m'éloigne, bien décidée à ne pas les recroiser.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAY HELLO TO « Avalon »

avatar


→ MESSAGES : 40
→ INSCRIPTION : 27/06/2011
→ AGE DU PERSONNAGE : dix-neuf ans
→ PSEUDO : shooting star
→ CÉLÉBRITÉ : Emma Roberts
→ CRÉDITS : dodixe
→ CITATION : La vérité c’est qu’on s’emmerde profondément parce qu’on a plus rien à désirer..
→ HUMEUR : SO GOOD

Personnage
Ancienneté: nouvel arrivant
Niveau: débutant (Pikachu) débutant (Pikachu)
Carnet d'adresses
:

MessageSujet: Re: c'est joli, par ici ✏ libre   Mar 28 Juin - 20:37

Alors que la demoiselle répondant au nom d'Adastrée, m'invita à s'asseoir près d'elle, je ne mis pas bien longtemps avant de poser mes fesses dans l'eau.. Évidemment mon jean se remplissaient au fur et à mesure du liquide, mais tant pis pour l'instant j'avais besoin de réponse. Au fait moi c'est Avalon, enchantée de faire ta connaissance.. Je commençais à me dire que j'étais toute seule.. Un silence légèrement gênant s'installa, le temps je pense pour Adastrée de remettre ses idées au clair afin de m'aider un peu plus.. Si tu penses être morte, alors on est dans le même cas. J'allais me faire écraser par une voiture, j'ai fermé les yeux et ... je me suis retrouvée sur cette plage. Un homme en costard est venu me souhaiter la bienvenue et a dit qu'on se trouvait aux Hémérides J'ouvris de gros yeux en apprenant la façon dont elle était "morte".. Une mort que je connaissais bien aussi pour l'avoir vécu ce matin même, alors comme ça on arriverait ici pour échapper en quelques sortes à une mort.. Bizarre.. Alors comme ça toi aussi t'es morte ? cette question était peut-être un peu plus pour moi que pour elle, mais elle était sortie de ma bouche inconsciemment.. Elle continua donc dans ses explications et à vrai dire j'avais du mal à la croire.. On est peut-être au paradis. Alors nous sommes mortes. Mais dans ce cas, pourquoi ce type en costard m'a dit qu'on se trouvait aux Hémérides ? Un paradis comme celui-ci était vraiment.. comment dire ? Spécial ! J'allais rétorqué quand une voix féminine me sortit de cette bulle qui c'était formée autour de nous..

Au paradis ? Et puis quoi encore ! Vous pensez vraiment qu'il ressemblerait à ça s'il existait ? Plutôt ridicule quand on sait que cet endroit est sorti de l'imagination d'un adolescent qui avait manifestement abusé des jeux vidéos ! Je fus surprise à la fois par ses paroles et par son ton qui ne me plaisait pas vraiment.. Pour qui elle se prenait ? Pour la reine où quoi ! Les gens comme elle à se croire supérieur, je les évite le plus souvent. Et comment tu sais ça toi ? demandais-je. Après tout comment lui faire confiance, c'est une inconnue à mes yeux. Alors ainsi elle continua son explication sans pour autant me passionner. Vous n'êtes pas mortes, pas vraiment. En fait, au lieu de mourir, vous êtes arrivées ici, dans ce monde. Nous sommes aux Hémérides, c'est pour ça qu'on vous l'a dit. Et si ça ressemble à un jeu vidéo, c'est parce que le premier à être venu ici était un accroc aux jeux vidéos qui a façonné les Hémérides à son image. Plutôt flippant, hein ! Toujours est-il que maintenant, c'est là que vous vivez. Et ne me demandez pas ce qu'on fiche ici, je n'en ai pas la moindre idée. Je levais les yeux au ciel, avant de replacer une mèche derrière mon oreille tout en laissant échapper un petit soupire de mes lèvres. Maintenant si vous le voulez bien, je vais retrouver la parfaite solitude que j'avais avant que vous ne veniez la perturber ! Qu'elle pimbêche.. Vraiment insupportable et pas du tout le style de fille qui serait inscrit dans ma liste d'amis.. De toute façon on lui a rien demandé à celle-là dis-je vers Adastrée, peut-être que j'étais dure.. Mais bon j'étais faite ainsi et c'est pas parce que je suis sois-disant "morte" que je dois changer..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAY HELLO TO « Hava Weaver »

avatar


→ MESSAGES : 48
→ INSCRIPTION : 26/06/2011
→ AGE DU PERSONNAGE : seize ans
→ PSEUDO : rainette
→ CÉLÉBRITÉ : saoirse ronan
→ CRÉDITS : © scars of love
→ CITATION : L’essentiel, c’est de retomber sur ses pattes, comme les chats.
→ HUMEUR : guillerette

Personnage
Ancienneté: nouvel arrivant
Niveau: débutant (Pikachu) débutant (Pikachu)
Carnet d'adresses
:

MessageSujet: Re: c'est joli, par ici ✏ libre   Mar 28 Juin - 22:39

« Au fait moi c'est Avalon, enchantée de faire ta connaissance.. Je commençais à me dire que j'étais toute seule ... », se présenta à son tour l'autre fille. Oh non, tu n'es pas seule, pensa Adrastée. D'ailleurs, elle n'était pas non plus que toutes les deux : la plage était déserte, mais elle avait quand même vu un homme en costards. Lui aussi, avait du mourir. Puis il s'était retrouvé ici, comme elles deux. Peut-être même étaient-ils beaucoup plus. Adrastée enchaîna sur les circonstances de son arrivée aux Hémérides après un bref silence gêné, et résuma sa rencontre avec l'homme en costard. « Alors comme ça toi aussi t'es morte ? », lui demanda Avalon. La question sonna bizarrement aux oreilles d'Adrastée. En effet, c'était étrange de se faire questionner de la sorte. De son " vivant " - dans l'hypothèse où elle était vraiment morte -, elle n'aurait jamais pensé qu'on lui demanderait un jour si elle était morte aussi. Elle pensait même qu'il n'y avait pas de vie après la mort : juste le néant, le rien du tout. Le vide, le silence, le repos éternel quoi. Au lieu de ça, elle se retrouvait bien " vivante ", dans un autre monde, au bord d'une plage idyllique. Avec une jeune fille à ses côtés, qui se posait les mêmes questions qu'elle. Adrastée finit par acquiescer.

Il y aurait surement eu encore un léger blanc, si une autre fille n'était pas alors apparut. En fait, ni Avalon ni Adrastée ne remarquèrent la grande blonde frêle qui s'était approchée, l'air franchement méchante. Adrastée tourna la tête vers elle pile au moment où celle-ci disait ces mots : « Au paradis ? Et puis quoi encore ! Vous pensez vraiment qu'il ressemblerait à ça s'il existait ? Plutôt ridicule quand on sait que cet endroit est sorti de l'imagination d'un adolescent qui avait manifestement abusé des jeux vidéos ! ». Il était évident que c'était du mépris, et Adrastée détestait ça. Elle avait quand même un minimum de fierté, morte ou pas, et ne supportait pas qu'on lui parle ainsi. « Et comment tu sais ça toi ? », demanda Avalon à la blonde. Adrastée n'avait même pas le temps d'en placer une, la blonde enchaînait déjà : « Vous n'êtes pas mortes, pas vraiment. En fait, au lieu de mourir, vous êtes arrivées ici, dans ce monde. Nous sommes aux Hémérides, c'est pour ça qu'on vous l'a dit. Et si ça ressemble à un jeu vidéo, c'est parce que le premier à être venu ici était un accroc aux jeux vidéos qui a façonné les Hémérides à son image. Plutôt flippant, hein ! Toujours est-il que maintenant, c'est là que vous vivez. Et ne me demandez pas ce qu'on fiche ici, je n'en ai pas la moindre idée. ». Cette fille avait l'air bien plus informée que ne l'était Avalon et Adrastée réunies. Malheureusement, elle étalait sa science d'une manière trop déplaisante, ça se voyait à dix kilomètres à la ronde qu'elle prenait les deux autres pour des débiles. C'était terriblement vexant, et Adrastée se fit la réflexion que les grandes blondes étaient souvent méprisantes - c'était du moins ce qu'elle avait observé sur Terre. La nouvelle venue reprenait donc après avoir secoué la tête, l'air très mécontente : « Maintenant si vous le voulez bien, je vais retrouver la parfaite solitude que j'avais avant que vous ne veniez la perturber ! ». « Comme si la plage n'était pas assez grande », marmonna Adrastée, doublement vexée. Elle n'était pas de nature agressive, plutôt du genre asociale. Mais même elle, elle parlait mieux aux inconnus. Surement que cette fille-là avait très mal vécu son arrivée aux Hémérides.

La fille s'éloignait déjà, et Avalon se permit de dire : « De toute façon on lui a rien demandé à celle-là ». Visiblement, elle avait autant apprécié l'intervention de la grande blonde qu'Adrastée. Celle-ci se releva entre temps et dit, l'air songeuse : « N'empêche que maintenant, on sait qu'on est pas vraiment morte. Et que ce monde-là a été créé par un adolescent geek. Sympa. ». Elle eut un moment de réflexion, fit quelques pas dans l'eau, jusqu'à ce que ça lui arrive aux genoux. Puis elle revint vers Avalon, et dit : « Il doit surement y avoir d'autres gens comme nous, ici »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAY HELLO TO « Contenu sponsorisé »




MessageSujet: Re: c'est joli, par ici ✏ libre   

Revenir en haut Aller en bas
 

c'est joli, par ici ✏ libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
USE YOUR JOSTICK :: MONDE ACCESSIBLE :: ZONE AQUATIQUE :: Plage et plongeons :: Aquapays-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit